Les nouveaux visages du bénévolat

À l’occasion de la semaine du bénévolat, tenue du 23 au 29 Avril 2017, l’Association des Scouts du Canada dresse le portrait de bénévoles engagés faisant partie du mouvement scout. Sandrine, scoute depuis l’âge de 13 ans, est fortement impliquée au sein de sa communauté. La protection de l’environnement, l’économie durable et le développement de la paix sont des causes que Sandrine soutient et qui sont aussi au cœur de la philosophie scoute.

 

sandrine2

 

Comment tu es devenue scout?

J’ai joint le mouvement scout à l’âge de 12-13 ans avec l’unité 64e  Saint-Rose de Laval dans le district de Montréal Métropolitain. Mon frère était inscrit avant moi et je voyais à quel point il s’amusait en y allant, c’est ce qui m’a donné envie de devenir scout. L’unité 64e Saint-Rose de Laval est aussi très active et j’ai toujours été proche de la nature, toutes ces conditions m’ont poussée à m’engager activement au sein du mouvement scout.

Par exemple, nous avons eu l’occasion de voyager en France en 2014 durant 3 semaines. Nous avons entièrement financé le voyage grâce aux actions de bénévolat que l’on a mis en place, on en a tiré beaucoup de fierté. Grâce à ce voyage, nous avons tissé des liens d’amitié forts avec les scouts de Troyes [France] et nous nous revoyons cet été.

 

Qu’est-ce que le bénévolat apporte à ta vie?

La mission première du mouvement scout est d’éduquer les jeunes à devenir des adultes accomplis et responsables qui joueront un rôle actif dans la société.

Le scoutisme m’a permis de développer des valeurs familiales, d’avoir les pieds sur terre et ça a développé ma passion pour l’engagement citoyen.

Le scoutisme m’a sensibilisée au respect de l’environnement et d’autrui. Ce sont des valeurs fortes et des principes qui font échos aux camps scouts auxquels j’ai pu participer. Chez les scouts, nous apprenons à préserver l’écosystème et réduire notre empreinte écologique, que ce soit d’un point de vue théorique avec l’intervention de conférenciers ou d’un point de vue pratique grâce aux pratiques mises en application dans les camps.

 

Quelles sont les autres causes que tu supportes?

Chez les scouts, je me suis impliquée dans le Comité des Messagers pour la Paix pendant 3 ans, j’ai été ambassadrice du mouvement scout au sein du district de Montréal Métropolitain. Cela m’a permis de gagner en indépendance et en maturité car j’étais responsable de rechercher du financement et de représenter les scouts notamment au salon de l’éducation, aussi au Parlement d’Ottawa devant les députés. Les scouts donnent la place aux jeunes, ils  nous donnent confiance en nous car le but est de pousser le jeune à forger sa personnalité, développer un esprit critique et développer notre personnalité.

Ensuite j’ai voulu m’engager pour d’autres causes au-delà du mouvement scout. J’ai rejoint le Conseil de l’environnement du comité de l’Oxfam, j’ai aussi rejoint Amnistie Internationale afin de faire de la sensibilisation au trafic humain dans mon école. J’ai participé l’an dernier au Forum Social Mondial en intégrant l’Espace Jeunesse du FSM (maintenant appelé la Coalition d’Engagement Jeunesse). Ça a été une très belle expérience qui m’a permis de rencontrer certaines de mes idoles comme Naomie Klein et Ricardo Petrella. Ce forum m’a donné beaucoup d’espoir car voir des milliers de personnes qui veulent aussi faire bouger les choses et qui croient en un projet est porteur d’aspiration pour l’humanité.

Présentement, je créé mon propre organisme Citoyenne Unie – United Youth Citizens avec plusieurs de mes amis, qui eux aussi ont de l’expérience dans le milieu associatif et nous avions tous l’aspiration à changer le monde. Cet organisme vise à donner la place aux jeunes pour qu’ils puissent s’impliquer pour l’engagement citoyen. Nous voulons être le pont entre la jeunesse et le changement qu’ils veulent créer dans le monde, leur donner la place dont ils ont besoin. Le but est d’éviter les stéréotypes et de montrer que la jeunesse peut trouver des solutions concrètes. C’est aussi gratifiant de voir un projet qui est né dans ma tête prendre vie et se concrétiser.

 

Comment vois-tu évoluer ton engagement auprès des scouts et pour tes différents projets?

Même si j’ai un peu arrêté les scouts, j’ai la vocation de regagner le mouvement dans le futur. Si j’ai des enfants un jour, je compte les inscrire chez les scouts car le mouvement m’a beaucoup donné et je veux que mes enfants reçoivent autant. Concernant mes autres engagements, je compte continuer et j’ai pour vocation de suivre des études de droit international afin de travailler en tant qu’avocate dans des organisations internationales de type ONUou Amnistie.

 

Que dirais-tu aux jeunes adultes pour les pousser à découvrir le scoutisme et à devenir bénévoles?

Les scouts nous aident à nous émanciper sur le plan personnel comme humain, à découvrir les autres, le monde qui nous entoure et soi-même. Le scoutisme t’aide à te faire prendre conscience de l’importance de la préservation de l’environnement et de l’engagement citoyen. Personnellement, ça m’a fait mûrir et ça a développé mon côté altruiste. Aussi, nous vivons dans une ville [Montréal] très activiste et très jeune ce qui permet le développement de nouvelles formes de pensée. Si on se considère citoyen du monde, il faut faire sa part des choses.

 

Pour plus d’information

Vous souhaitez communiquer avec Sandrine et joindre son organisme : unitedyouthcitizens@gmail.com